Logo de La Saint Cyrienne
Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Magis magnos clericos non sunt magis magnos sapientes - Complément du Casoar

Casoar

-

03/04/2017

-

2

Débat

 
Magis magnos clericos non sunt magis magnos sapientes[1]
 
 
Par le général Jean-Claude Métayer – Promotion « Laperrine » (1956-58)
 

Supplique adressée à la très honorable Agathe l’Estampille
 
J’ai pris mon courage à deux mains pour rédiger à votre intention, madame, cette requête concernant un regrettable incident, de nature iconographique, paru dans le numéro 221 du Casoar et qui a trouvé son terme d’une manière plus que surprenante dans le numéro 223 du même titre. J’en ai perdu le sommeil. C’est vous dire !
Il s’agit du très beau, savoureux et judicieux croquis portant sur les APNM, œuvre d’un brillant artiste, le caporal-chef Lafruche. Celui-ci a un talent incontestable tel qu’il aurait pu participer sans rougir au festival de la BD d’Angoulême, garnison dans laquelle il a déjà servi. Tiens, tiens, est-ce un signe ?
 
Pour avoir paru en première de couverture du numéro 221, cet ouvrage a dû bénéficier du nihil obstat puis du précieux imprimatur, lequel est décisif. Or, le caporal-chef Lafruche a fait amende honorable par le numéro 223. Il s’en est exécuté avec humour. Otez-moi d’un doute, chère madame : seraient-ce les membres du comité de rédaction qui lui auraient suggéré cette repentance ? Ce faisant, ils se seraient alors déjugés ! Je leur fais trop confiance pour retenir à leur encontre une telle attitude.
Alors, quels sont les auteurs de cette manœuvre hargneuse ? D’où le coup est-il parti ?
 
Je penche pour les fidèles, de tous âges, de la gent « scrogneugneux » donnant de la voix pour manifester les uns leur stupeur atterrée, les autres leur violent courroux, tous unis pour jeter l’anathème sur le malheureux gradé, livrant aux gémonies cet innocent. Va-t-on vers une nouvelle querelle des Anciens et des Modernes ? On peut encore l’éviter. Si les « scrogneugneux avaient pris la peine de se livrer à un décryptement minutieux de l’œuvre en cause, ils auraient compris l’importance du moindre détail de ce tableau et pu saisir le sens des messages que chacun voulait délivrer. Cette main que pose le lieutenant sur l’épaule du gradé ne manifeste-t-elle pas la rude mais réelle affection qu’il porte à son subordonné ? La question que pose avec franchise le soldat n’est-elle pas la preuve de la confiance qu’il place envers son supérieur ? « Il saura bien m’éclairer, c’est sûr ! » Le sourire amusé de l’officier est le signe d’une compréhension indulgente à son égard. La brièveté de la réponse n’a d’égale que sa précision ! Le gradé reconnaît tout son intérêt à suivre le conseil de l’ancien : son sourire de satisfaction en dit long. Jusqu’à la sobriété, voire l’austérité du décor qui participe à créer une atmosphère de sérénité : rien ne doit distraire l’entretien !
 
Il est curieux que ces mêmes mots de confiance, de compréhension, de sens du contact se trouvent largement développés dans les nombreux articles étoffant le dossier (riche et plein d’intérêt au demeurant) traitant du commandement dans le numéro 223.
Les scrogneugneux se sont enfermés dans un étroit système de certitudes qui les conduit à un refus rigide de ce que tant d’autres approuvent. Où est l’esprit de tolérance si cher à Montaigne et à Voltaire ? En le faisant leur, ces marginaux regarderont d’un autre œil ce tableau et peut-être finiront-ils par l’apprécier ?
L’analyse objective de ce dessin tant décrié l’aurait permis. « Novo cedat ritui » : qu’au précepte d’autrefois succède un rite nouveau et ni la guerre de Troie ni la querelle d’Hernani auront lieu ! Un décryptement intelligent eût suffi à lui seul pour révéler tout ce que ce croquis révélait de richesses, d’ordre moral notamment !

Un proverbe chinois propose « qu’un bon dessin vaut cent mille mots ». Tel est bien le cas aujourd’hui si l’artiste vient à me lire, je lui adresse cet encouragement : « Macte animo, generose puer » !
 

[1] Les plus grands clercs ne sont pas les plus sages. Montaigne, Les Essais

1929 vues Visites

J'aime

Commentaires2

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Casoar

Le panache - Enfin le Casoar d'octobre!

User profile picture

Ségolène Martinez

06 novembre

Casoar

A propos des nouvelles formes de la guerre - Le Casoar

User profile picture

Ségolène Martinez

21 octobre

Casoar

Tradition ...ou mauvaise habitude? Le Casoar

User profile picture

Ségolène Martinez

17 octobre